Quelques pistes pour le futur des réseaux sociaux d’entreprise

A regarder de plus près l’évolution des réseaux sociaux et l’utilisation des outils numériques dans la société, et outre l’aspect mobile déjà exploité par beaucoup et qui est maintenant une certitude, 3 grandes tendances semblent concerner les réseaux sociaux d’entreprise :

-       L’ouverture progressive: l’ouverture aux parties prenantes et partenaires de l’entreprise semble se profiler. Certaines entreprises décideront d’aller jusqu’à ouvrir leur réseau social aux clients, aux consommateurs voire au grand public. L’objectif de cette démarche est l’optimisation de la co-création et le développement du lien par un dialogue ouvert entre les acteurs clés de l’entreprise et ceux de l’écosystème. Outre la volonté de l’entreprise (et le respect des précautions de sécurité), cette démarche est intimement liée avec la montée en compétences des employés « ambassadeur » et la capacité des salariés à s’exprimer en dehors des « murs » au nom de leur entreprise sur leur domaine d’expertise. Si cette tendance commence à se démocratiser dans les réseaux sociaux public, elle n’est encore que marginale mais constitue  de l’entreprise ouverte du futur.

-       Le social sera vidéo : La vidéo comme élément clé du partage de bonnes pratiques, de la communication interne, du storytelling et de l’expression des salariés.  La vidéo ne sera pas uniquement un objet de l’échange mais bien le vecteur du contenu. En devenant plus mobile et en étant supportée par des objets connectés, elle peut aussi permettre à tous les salariés (et notamment aux non « connecté ») de pouvoir échanger sur des pratiques et des savoir-faire sans pour autant être confronté à des problématiques de langue et grâce à des interfaces et des supports/objets dynamiques et interactifs.

-       L’intégration avec d’autres fonctions traditionnelles : comme on a pu le voir avec les réseaux sociaux et le recrutement ou avec les médias sociaux et le marketing, la tendance sera de plus en plus d’avoir un réseau social d’entreprise intégré aux autres activités. Les 3 premières concernées sont

o   la fusion avec l(es) intranet(s) de communication : dans un futur proche l’entreprise, ses salariés et leurs réseaux interagiront dans un espace unique construit par de nombreux réseaux (communautés, groupes, cercles,…)dans une logique mélangeant communication et collaboration, information et connaissance. Les flux seront à la fois top-down, bottom-up et bottom-to-bottom.  Tous pourront publier à l’ensemble de l’entreprise (représentant l’une des communautés les plus larges), à des réseaux (comme des entités ou des communautés) ou à des personnes.  

o   la gestion des carrières avec notamment la mise en avant de compétences et d’expériences à l’intérieur du réseau. Même si l’objectif n’est pas de créer une marketplace parallèle ni même de fusionner le  SIRH et le réseau social de l’entreprise, le développement des personnes et la gestion des parcours prendra en compte l’action des salariés sur le réseau, les compétences mobilisées ou exprimées dans cet espace et la reconnaissance par leurs pairs de ces compétences ou d’une expertise spécifique. L’ensemble des compétences rattachées à un individu ne sera plus uniquement celui validé par les RH et les managers mais ce rajoutera celui déclaré et validé par ses pairs sur le réseau.

o   le learning, avec 2 tendances majeures : le social learning et le gaming. Il semble évident qu’un salarié qui passe une partie de son temps dans des communautés au sein du réseau social d’entreprise à partager des bonnes pratiques et des savoir-faire réalise une action d’apprentissage et qu’il se développe. Cela n’est pour autant jamais pris en compte ni même optimisé par les entreprises dans une logique de formation. Pour autant, cette forme d’apprentissage social par l’interaction entre les membres d’une même entreprise (learning by networking) va se rependre et constituera un des usages stratégiques des réseaux sociaux d’entreprise.

La seconde logique d’apprentissage concerne le gaming. Très présent actuellement dans l’apprentissage par les serious games, la gamification de l’apprentissage va connaître au sein des réseaux sociaux une forte croissance. On apprendra donc d’une manière ludique et sociale.

 

L’ensemble de ces évolutions confirme le rôle clé de l’outil de search pour la partie technique et des ressources humaines pour l’accompagnement au changement et les nouvelles compétences/profils.

  1. olivierberard reblogged this from nicolasrolland
  2. nicolasrolland posted this